Deux jeunes mères paralysées après avoir reçu le vaccin COVID de Pfizer

 

Brandy McFadden à Nashville, Tennessee et Rachel Cecere à Pittsburgh, Pennsylvanie, ont tous deux souffert d’intenses douleurs au cou et ont été incapables de marcher sous peu en recevant un vaccin Pfizer / BioNTech COVID-19.

 

 

Une femme de Nashville est la deuxième personne à décrire comment elle est devenue paralysée quelques heures après avoir pris un vaccin contre le coronavirus Pfizer.

«Cela a été un cauchemar», a déclaré Brandy McFadden à l’ émission News 4 de WSMV-TV à Nashville alors qu’elle combattait les larmes. «J’ai eu ma chance, en essayant juste de faire preuve de diligence raisonnable. Je ne m’attendais pas du tout à ce que cela se produise.

Le jour où Brandy McFadden a reçu sa deuxième dose du vaccin Pfizer / BioNTech le 16 avril, elle «a juste commencé à ne pas se sentir bien», a-t-elle déclaré à la station de nouvelles locale.

L’après-midi suivant, McFadden a déclaré qu’elle ne pouvait pas marcher et qu’elle avait une douleur atroce au cou. «Cela a commencé à empirer progressivement et j’ai commencé à hurler de douleur au sommet de mes poumons.»

Le mari de McFadden l’a emmenée aux urgences du Vanderbilt University Medical Center. Six jours plus tard, les stations de nouvelles locales l’ont interviewée à l’hôpital où elle avait subi une tomodensitométrie, une IRM, un EMG et des analyses de sang, qui n’étaient pas révélatrices de ce qui lui arrivait. “En ce qui concerne les réponses sur les raisons pour lesquelles cela s’est produit, ils ne le savent pas”, a déclaré McFadden à News4.

Elle avait repris du mouvement dans ses bras et pouvait remuer ses orteils une semaine après son coup.

Un cas similaire à Pittsburgh

McFadden était en contact avec une femme de Pittsburgh qui a vécu une expérience similaire. Rachel Cecere, 33 ans, a déclaré aux nouvelles de WPXI-TV qu’elle s’était réveillée paralysée du cou vers le bas 12 heures après sa première dose de vaccin COVID-19 de Pfizer. «C’était la chose la plus effrayante au monde de s’endormir complètement, de se réveiller 1h30 du matin et de ne pas pouvoir bouger du tout», a déclaré la femme à Channel 11.

Cecere a été transférée de son hôpital local à la Cleveland Clinic où des tests ont exclu le syndrome de Guillain Barré, une maladie neurologique liée au vaccin contre la grippe porcine pandémique de 1976 , qui a causé la paralysie d’environ 450 personnes.

«Il n’y a tout simplement rien qu’ils puissent trouver de mal avec moi. Aucune condition sous-jacente, je n’ai rien dans mon histoire et ils me disent essentiellement: «Vous êtes en bonne santé et nous ne pouvons pas comprendre pourquoi cela se passe» », a déclaré la femme à sa chaîne d’information locale.

Près de trois semaines après l’hospitalisation de Cecere, elle a dit à WPXI qu’elle faisait de l’ergothérapie et de la physiothérapie à l’hôpital Jefferson mais qu’elle n’avait toujours aucune sensation dans l’une ou l’autre jambe et qu’elle ne pouvait bouger que la gauche. Elle a reçu une orthèse prothétique et un support de genou pour garder sa jambe droite. La mère célibataire avait repris des forces dans le haut de son corps, a-t-elle déclaré à la chaîne d’information, mais elle ressentait toujours une faiblesse dans sa main gauche et était incapable de soulever sa fille.

«C’est décourageant de ne pas avoir la sensation ou la sensation dans mes jambes. C’est juste difficile pour moi de comprendre et de comprendre », a déclaré Cecere.

«On m’a dit à plusieurs reprises que le diagnostic était une détresse aiguë du système nerveux provoquée par le vaccin COVID-19 Pfizer», a déclaré Cecere à Channel 11 , mais ses papiers de sortie ne mentionnaient pas son vaccin COVID-19.

“Il ne semble pas qu’ils soient prêts à l’attribuer au vaccin ou à un diagnostic médical spécifique”, a déclaré le médecin local des maladies infectieuses, Dave Weber, à la chaîne d’information.

Rapports de paralysie 

Cependant, le VAERS ( Centers for Disease Control and Preventions Vaccine Adverse Event Reporting System) a reçu 1619 rapports d’événements consécutifs à la vaccination contre le COVID-19 qui incluent une paralysie ou des conditions paralysantes telles que le syndrome de Guillain Barré, la myélite transverse, l’encéphalomyélite aiguë disséminée et la paralysie de Bell , une condition qui provoque la paralysie des muscles du visage, souvent marquée par une bouche tombante et une incapacité à fermer un œil. Parmi ces rapports, 794 concernent le vaccin COVID de Pfizer, dont 131 rapports de paralysie chez des patients âgés de 30 à 39 ans au 30 avril. Le CDC souligne que les rapports VAERS n’établissent pas de lien de causalité entre un vaccin et un événement indésirable.

Tout comme les agences de santé publique disent que l’on ne peut pas compter sur les vaccins pour fournir une protection complète dans les deux semaines suivant les injections parce que le système immunitaire n’a pas complètement répondu, les événements indésirables du système immunitaire peuvent prendre du temps à se développer car le corps produit des anticorps.

Parmi les dizaines de rapports parmi les personnes âgées de 18 à 29 ans, il y avait un rapport du médecin d’un jeune de 21 ans du Michigan qui a reçu une première dose du vaccin de Moderna en mars et qui a ensuite commencé à souffrir de «paralysie ascendante» neuf jours plus tard.

L’état du jeune homme «s’est rapidement aggravé, nécessitant une intubation et une ventilation mécanique», selon le rapport VAERS . Il a été traité pour le syndrome de Guillain-Barré, a indiqué le rapport, et avait «une paralysie flasque et a perdu sa capacité à protéger ses voies aériennes. Le rapport indiquait qu’il aurait probablement besoin d’une trachéotomie – une ouverture chirurgicale dans le cou pour permettre à l’air de pénétrer dans les poumons via un tube.

Un autre rapport d’un médecin au VAERS a décrit une jeune femme de 26 ans qui a reçu sa première dose de vaccin Pfizer en mars et qui, trois jours plus tard, a commencé à ressentir un engourdissement dans ses orteils qui s’est étendu à ses jambes. Cinq jours plus tard, elle a remarqué un engourdissement dans ses doigts et sa bouche et une faiblesse dans ses bras. Quelques jours plus tard, elle a remarqué que son visage tombait du côté droit et elle s’est rendue aux urgences où un test de ponction lombaire (ponction lombaire) a indiqué le syndrome de Guillain-Barré et elle a commencé un traitement par immunoglobulines IV.

McFadden avait déjà été infecté par le coronavirus, ce que l’immunologiste de Pennsylvanie Hooman Noorchashm a  mis en garde  comme un potentiel d’événements immunitaires catastrophiques après la vaccination. Il a conseillé aux gens de différer la vaccination s’ils ont déjà été infectés ou testés positifs pour le coronavirus.

 

Réponse de Pfizer

Pfizer a envoyé à LifeSiteNews la déclaration suivante en réponse aux questions sur les incidents de paralysie signalés à la suite de son vaccin:

Nous surveillons de près tous ces événements et collectons des informations pertinentes à partager avec les autorités réglementaires mondiales. À l’heure actuelle, notre examen en cours n’a identifié aucun signal de sécurité associé à la paralysie et au vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19.

À ce jour, plus de 200 millions de personnes dans le monde ont été vaccinées avec notre vaccin. Il est important de noter que les événements indésirables graves qui ne sont pas liés au vaccin sont malheureusement susceptibles de se produire à un rythme similaire à celui de la population générale.

*

 

 

https://www.globalresearch.ca/two-young-mothers-paralyzed-receiving-pfizer-covid-vaccine.

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

thirteen + nineteen =