En 2019, Trudeau était contre la régulation de l’internet. Aujourd’hui, il propose une censure sans précédent

En 2019, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a compris que la régulation d’internet aurait de graves conséquences sur la liberté d’expression. Aujourd’hui, le premier ministre a changé de discours puisque son gouvernement pousse un projet de loi de censure radicale d’internet.

Lors du sommet 2019 du Partenariat pour un gouvernement ouvert, Justin Trudeau a discuté avec la journaliste Liz Plank des complexités et des conséquences de la réglementation des contenus en ligne.

“Fondamentalement, nous ne pouvons pas considérer les plateformes comme des antagonistes automatiques. Nous reconnaissons que la solution ne réside pas dans la main lourde du gouvernement sur notre internet, sur nos espaces publics”, a déclaré Justin Trudeau.

“Ce qu’un gouvernement raisonnable, démocratique et ouvert, comme le Canada ou d’autres, pourrait trouver extrêmement utile et bon pour protéger les citoyens, encourager la concurrence et s’assurer que les plateformes prennent leurs responsabilités au sérieux, dans un autre pays, pourrait être un outil d’oppression des citoyens, de contrôle ou d’attaque réelle de la liberté d’expression”, a ajouté le premier ministre.

Il y a deux ans, M. Trudeau a reconnu que la solution ne résidait pas dans “la main lourde du gouvernement sur notre Internet”. Pourtant, aujourd’hui, le gouvernement libéral fait pression en faveur du projet de loi sur la censure d’Internet le plus radical de l’histoire du Canada.

Le projet de loi C-10 : Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et d’autres lois en conséquence donnerait au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) des pouvoirs réglementaires sans précédent sur le contenu partagé en ligne.

Un amendement nouvellement voté pour le projet de loi permettrait au CRTC d’émettre des ordonnances concernant la découvrabilité. Par exemple, l’organisme de réglementation pourrait obliger les plateformes en ligne à montrer une quantité spécifique de contenu canadien à leurs utilisateurs. “Je crois qu’il s’agit clairement d’une réglementation du discours”, a déclaré Michael Geist, professeur de droit à l’Université d’Ottawa, au National Post.

Le contenu que vous publiez sur vos médias sociaux n’est pas non plus à l’abri d’une intervention excessive du gouvernement. M. Geist a ajouté que le contenu que les utilisateurs génèrent en ligne est considéré comme un “programme”, de sorte que le CRTC aurait le pouvoir de le réglementer en vertu du projet de loi C-10.

“Malgré près de deux semaines d’inquiétude de la part du public, le gouvernement semble toujours déterminé à réglementer le contenu généré par les utilisateurs […] Cela reste un projet de loi inapplicable et dangereux, motivé par les demandes des lobbyistes plutôt que par les intérêts des Canadiens “, a ajouté M. Geist.

Le chef du Parti conservateur, Erin O’Toole, a déclaré : “Si le CRTC peut réglementer ce que vous voyez sur votre flux YouTube ou Instagram, il peut contrôler ce que vous voyez et ce que vous apprenez sur n’importe quel sujet”, a-t-il déclaré. “Ce projet de loi est une attaque directe contre la liberté d’expression”.

Il est difficile de déterminer pourquoi les opinions de Trudeau sur le sujet ont changé si radicalement en deux ans. La plupart des gouvernements reconnaissent l’importance d’internet sur la liberté d’expression de leurs citoyens.

SOURCE: https://quebecnouvelles.info/en-2019-trudeau-etait-contre-la-regulation-de-linternet-aujourdhui-il-propose-une-censure-sans-precedent/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

fifteen − 7 =